Révéler un monde complexe

« Passons un seul jour avec autant de mûre réflexion que la nature. » Walden ou la vie dans les bois, 1854, Henry David Thoreau (1817-1862)


Ma recherche en master arts plastiques (Université Paul Valéry Montpellier 3)
Comment dans le cadre d’une pratique plastique rendre visible la dépendance de l’homme à l’écosystème qu’il est en train de mettre en péril du fait d’une représentation distanciée -et donc d’actions distanciées- qu’il se fait de la nature ? L’écriture d’un nouveau récit est-elle possible ?

M’inscrivant dans le mouvement de l’art écologique, je souhaite donner à voir les effets d’une Modernité destructrice, la nécessité d’aller au-delà des dualismes nature/humain, nature/cultures, effacer ces frontières que les humains établissent partout, pour trouver un moyen de conserver ce monde, chercher le difficile équilibre entre le respect et le développement économique. Je désire interroger notre modèle anthropocentré qui nous a mis à distance de la nature, proposer une œuvre qui ouvre à la réflexion, à la pensée, à une compréhension différente du monde vivant, aux valeurs humanistes qui combattent individualisme, narcissisme et suivisme en règle de vie.
Emmanuelle Cascail, 2018

IMG_1569
IMG_4227 copie

IMG_1566DVq5+QdrRfqH6Ij572C6ww_thumb_553d

pJ3KpXY1QrGKz6QxQ39vbw_thumb_5a2f

IMG_1568
IMG_7919

IMG_1570UNADJUSTEDNONRAW_thumb_53f4

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5414

IMG_1572
IMG_1390

IMG_1571
IMG_1369